Dedications
Actuellement, il n’y a pas de nouvelles dédicaces

Chronique

l’album Paradoxe du groupe Syringa

today12/09/2023 224

Arrière-plan
share close
CHRONIQUE de l’album “Paradoxe” du groupe français Syringa, par Olivier No Limit, chroniqueur metal, hard rock et rock.
Note: 8/10
Genre : thrash/heavy/hard rock
Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Je voulais vous parler du groupe français SYRINGA et de son deuxième album nommé « Paradoxe ». À la barre un seul musicien, Nicolas qui nous avait déjà abreuvé d’une première galette instrumentale, sauf que là, le chant apparaît ! Et c’est du bon, car ce monsieur, multi instrumentiste « touche sa bille ».
Originaire de Thionville, il nous assène une musique portée par un très bon mix, qui va du thrash en passant par le heavy voire le hard rock.
Prenez par exemple, le titre d’ouverture « Paradoxe ». On y découvre une bonne vieille rythmique thrashy à la sauce old school qui vous tombe dessus, le tout serti de groove, de solos mélodieux qui giclent « heavy ». Faut dire que ses parties instrumentales sont ouvragées aux « petits oignons ».
Déboule ensuite « De sang-froid » particulièrement énervé, taillé dans le même bois thrash/heavy. Riffing « qui casse la nuque » assuré, car sa musique est pleine de nervosité et de mélodies, voire portée parfois d’un sentiment épique comme le très enlevé « Déferlante ».
Après, parfois, il s’essaye au hard rock comme pour « Le bon vieux temps » sur une suite d’accords mille fois entendue, mais qu’il sait remettre au goût du jour et qui nous rappelle… Le bon vieux temps via les 80’.
Et puis quand il joue heavy metal comme pour « le plaisir de tuer », c’est toujours avec puissance et relief, avec cette basse qui gronde et soutien la tension qui alterne entre notes et douces et furia.
On a même le droit à des instants de piano qui calme le jeu le temps d’une envolée de guitare un peu prog (la mort dans l’âme).
Quant au chant, il est clair, parfois peut être un peu trop appliqué sur certaines phrases (lâche-toi encore plus !), mais il vocalise juste et ses mots sont intelligents. De plus, il sait distiller, par le biais de son gosier, une émotion certaine.
Alors en conclusion, c’est du bon boulot et quand on sait qu’il a tout fait tout seul et bien respect car je résume : puissance, mélodie, rage et sensibilité sur lit de thrash et de heavy sont au rendez-vous, le tout enveloppé d’une flagrance old school qui fait plaisir. Chapeau bas !

Écrit par: Laurent Noth

Rate it
0%