Dedications
Actuellement, il n’y a pas de nouvelles dédicaces

Chronique

l’album de reprise « Burn on the Bayou : A Heavy Underground Tribute to Creedence Clearwater Revival »

today04/12/2023 55

Arrière-plan
share close
CHRONIQUE de l’album de reprise « Burn on the Bayou : A Heavy Underground Tribute to Creedence Clearwater Revival », par Olivier No Limit, chroniqueur rock, hard rock et metal.
note: 8/10
Genre: album de reprises
Je me propose de vous parler d’une compilation hommage à un groupe qui, en son temps, vendit plus de disques que les BEATLES, du moins c’est ce qui se dit. Peut-être que les jeunes générations ne le connaissent pas, même si sans le savoir, elles ont déjà entendu certains de leurs titres.
De qui s’agit -il ? Et bien non pas de BLACK SABBATH, ni d’ACDC, mais de CREEDENCE CLEAWATER REVIVAL, groupe qui fin, des 60’ débuts des 70’ devient LE GROUPE Américain !
Le fondateur du label Ripple Music, Todd Severin, a déclaré, je cite : « J’ai choisi Creedence Clearwater Revival pour notre première compilation parce que je voulais faire quelque chose de différent ». Et du coup, 32 groupes de la liste du label de heavy californien se sont mis au boulot, jouant pour la plupart dans le genre stoner ou le doom, styles de musique enracinées dans la « boue du bayou ».
Dans cette « double galette »,nommée « Burn on the Bayou : A Heavy Underground Tribute to Creedence Clearwater Revival », les artistes ont deux façons d’être :
Soit ils reprennent fidèlement la musique de CREEDENCE en y ajoutant « un petit grain de sel”. Par exemple, «Sweet Hitchhiker » par LA CHINGA est boosté en forme de hard rock bien emmené. Même chose pour le très électrique « Fortunate Son » à la sauce BONE CHURCH ou encore la version de « Run Through the Jungle » par MASTER NASTY qui garde l’aura inquiétante et envoûtante de l’original.
Soit les musiciens transfigurent complétement la musique originelle pour en faire autre chose. grand fan de CREEDENCE, je suis littéralement tombé en arrêt à l’écoute de certains titres rendus méconnaissables par leur nouvelle interprétation ! Pour reparler de « Run Through the Jungle », un autre groupe se saisit de cette chanson pour en faire un titre enjoué ! « Born on the Bayou », dans les « mains » de HOT SPRING WATER se transforme en une “chanson” presque dark avec sa voix féminine et son tempo lent. « Suzy Q » de CITIES OF MARS avec SUZY BRAVO devient « planant et éthéré ». Quant à « Ramble Tamble » en mode END OF AGE, il se mute en doom reprenant avec art le coté instrumental de ce titre. Même constat pour « Who’ll Stop the Rain » retravaillé par STONEBIRDS ce qui lui donne, sur tempo lent, une aura pleine de profondeur.
En conclusion, pour une fois, un album de reprises qui va très loin artistiquement parlant ! Du pur bonheur en ce qui me concerne. De plus, avec 32 titres, on a de quoi passer un bon moment.

Écrit par: Laurent Noth

Rate it
0%